vendredi 18 novembre 2016

5 MINUTES A LA POSTE...

Un colis à envoyer ou un recommandé à venir chercher et vous voilà en train de faire la queue au bureau de poste. Et pendant que vous attendez votre tour, la vie autour de vous s’agite…


Le boulet, qui fait son colis juste devant vous, étalant toute sa camelote à expédier sur le minuscule comptoir du guichet, prenant son interlocuteur/trice pour une quincaillerie en demandant scotch, crayon, colle, agrafeuse etc. Tout faire chez lui et venir avec le colis tout prêt, non, ça ne lui est même pas venu à l’idée. C’est tellement mieux de se ramener avec tout sous le bras et faire chier le monde. On peut avoir des envies de meurtre quand, après 10 bonnes minutes à faire son carton, plus 5 pour comprendre comment il devait le fermer, il déclare qu’il faut le rouvrir car il a oublié quelque chose dedans.

La connasse qui a toujours été persuadée qu’elle était seule au monde et qu’il faut servir en premier, qui demande à tous les gens faisant la queue si elle peut passer devant, voire qui carotte la place et qui s'offusque avec une mauvaise foi hallucinante quand on le lui fait remarquer.

Le clandestin qui vient chercher un recommandé et qui présente son pass Navigo en guise de pièce d’identité.

Le dégueulasse juste devant vous qui crache par terre ou pète bruyamment et sans aucune gêne.

La nana qui jacte sans arrêt et tout fort sur son portable en nous faisant participer à sa conversation hautement intellectuelle. Et quand enfin elle raccroche son téléphone, celui-ci se remet à sonner, et ça recommence.

La machine à affranchir qui refuse votre pièce. Même en l’essuyant, en la lustrant sur votre pull ou en lui faisant un bisou, ça ne veut pas et vous n’avez que celle-là.

Les gens devant les machines automatiques qui font leurs poches au moment de payer. Ils n'ont que des billets. Il faut donc aller vers le monnayeur à côté et, pour ne pas perdre leur place, ils laissent tout sur la machine et vous, ben vous attendez…

Le fameux monnayeur qui n’accepte pas les billets de 5€ et vous n’avez que ça en main.

Un reçu à signer et le stylo du comptoir, relié à une petite chaîne, est vide. Alors on fait le tour des postiers, voire des clients, pour avoir un crayon.

Les gens qui viennent faire en plein rush leur rajout d'intérêt sur leur compte postal.

Le gastronome qui veut payer ses timbres en Tickets-Restaurant.

La mère de famille qui vient avec sa poussette-tank et deux mini gardes du corps sur les côtés issus de précédentes liaisons. Et pour tuer le temps, l’un des gosses commence à mettre des coups de pied dans un PLV de pub devant lui. La mère se lève et se dirige vers son karatéka, sans doute se dit-on pour vérifier s'il encaisse aussi bien les coups qu'il ne les donne, mais pas du tout ! Elle décide elle aussi de participer à l'exhibition sportive en mettant de grands coups d’escarpin dans le PLV, tout en riant avec son gamin hébété !

Vous n’avez qu’une seule personne devant vous et vous vous dîtes que ça va aller vite, mais hélas, elle sort d’une pochette une centaine de lettres à affranchir en accusé de réception…

La philatéliste qui demande à voir la gueule des nouveaux carnets de timbres à collectionner, alors qu’il y a du monde derrière elle qui attend. La guichetière sort donc, fait le tour du bureau, entre dans une porte dérobée et revient 10mn après. Notre philatéliste regarde donc, très lentement, les pages du classeur proposant des timbres Astérix ou JO Paris 2012 et, finalement, déclare, qu’elle va simplement prendre un carnet classique…

Le mec qui ne sait pas ce qu’il veut entre un envoi classique ou un carton de Colissimo. Après une longue hésitation, il choisit donc le carton mais s’offusque devant le prix demandé et refuse de payer. Finalement, il annule tout et enverra en classique…

La nana qui demande un service qui n’existe plus depuis plus de 20 ans et argumente que la semaine dernière, ça marchait encore…

Le bébé qui hurle à pleins poumons dans sa poussette et la mère qui ne dit rien complètement absorbée qu’elle est par son portable car elle vient de recevoir un message sur son mur Facebook…

La petite vieille qui ne sait pas se servir de la machine à affranchir et qui monopolise le guichet juste pour envoyer une pauvre lettre. Et ça dure vu qu'elle est sourde comme un pot et ne s'est jamais faite aux nouveaux francs, alors les euros...

La deuxième petite vieille qui, elle non plus, ne sait pas se servir de la machine à affranchir et qui fait le tour des gens pour l’aider. Et quand elle trouve un bon samaritain, elle lui donne des ordres, trouve qu'il ne va pas assez vite à son goût, rechigne à lui donner les pièces à introduire dans la machine pensant qu'il va la voler, et spécifie bien qu’il lui faut du « prioritaire économique ».

La troisième petite vieille qui, elle, sait se servir de la machine à affranchir et appuie de toute ses forces sur l’écran tactile à chaque bouton présenté.

La dernière petite vieille qui fait sa commande sur la machine. Et quand l'écran lui demande de payer, elle cherche ses pièces dans son porte-monnaie. Mais malgré ses lunettes à triple foyer, mémé ne voit pas grand-chose et elle passe tellement de temps à se demander si cette pièce de 1€ est une pièce de 2€ ou de 10 francs que la machine lui demande si elle veut annuler ou pas.

Le lover qui drague lourdement la petite nana au guichet, qui n'est même pas belle en plus.

L'étagère à livres et magazines dans le sas d'entrée de la poste pour que les gens patientent, et que les gamins déchirent pour s'occuper en en foutant partout.

La poussette de la dame derrière qui vous roule sur les talons dès que ça avance de trois centimètres.

Le gars qui vient toucher de l'argent en Western Union et qui conteste le montant qu'on lui verse ou refuse de payer les frais quand il en envoie.

L'autre nana qui vient payer un truc eBay en Western Union mais la guichetière n'a pas envie de se faire chier et lui explique pendant trois plombes toutes les raisons de ne pas le faire, et pendant tout ce temps, le truc aurait eu 20 fois le temps de partir.

L'oncle Picsou qui paye uniquement avec des centimes dans un petit sac en plastique qu'il vide sur le guichet.

Le psycho qui met des coups de lattes en hurlant dans la machine à affranchir parce qu’elle s’est mise à bugger.

Le niketamer qui vient chercher un colis et fait un scandale en insultant, puis en menaçant, la personne au guichet parce qu’il faut une pièce d’identité pour le récupérer et il n’en a pas. Et c’est là que l’on comprend que son paquet contient probablement du shit…

Le type devant vous qui discute avec un mec sur le côté en train de faire un colis. La place se libère, c’est son tour et il n’avance pas, continuant de papoter. Vous lui faites remarquer que c’est à lui et il vous sort qu’il n’est pas client mais juste entré pour saluer son pote…

Les gamines romanos syriennes qui passent régulièrement pour fouiller les bacs de réception des machines à affranchir et monnayeurs, au cas où il y aurait des pièces oubliées.

Et juste pour taper un peu sur les postiers, vous arrivez, personne au guichet mais par contre, vous les entendez papoter et rigoler dans la pièce d’à côté. Vous attendez cinq bonnes minutes, personne ne vient. Vous vous raclez la gorge pour faire comprendre qu’il y a quelqu’un à servir, une tête passe par l’encoignure de la porte, vous voit, puis disparaît et ça continue de papoter et de rigoler.

La bonne femme qui vous assure au téléphone que votre recommandé est encore là, à l'agence du centre ville. Plein d'espoir, vous vous y pointez le samedi matin, parce que le reste de la semaine, vous ne pouvez pas vu que vous bossez. Après avoir fait la queue pendant 3 plombes, on vous dit que le recommandé en question est parti dans l'autre bureau, celui dans la zone commerciale, et que, de toute façon, ça va fermer bientôt. Et quand vous arrivez enfin au bureau de la zone, à 10 mn de la fermeture, on vous déclare que, non seulement, on ferme mais qu'en plus votre recommandé a été renvoyé à l'expéditeur depuis plusieurs jours...

Le facteur qui monte à l'étage uniquement au mois de décembre pour vous refourguer ses calendriers alors que, le reste de l'année, il ne le fait jamais pour vos recommandés, laissant toujours un papillon dans votre boîte aux lettres déclarant que vous étiez "absent" alors que vous étiez là...

4 commentaires:

  1. perso je ne connais plus ça depuis que je suis a la campagne a part les vieux bien sur ...ce fléau.

    RépondreSupprimer
  2. rien à rajouter c'est exactement ça!!!

    RépondreSupprimer
  3. c'est rare d'avoir tout en même temps... Quant aux vieux ça marche aussi dans les supermarchés: ils viennent pendant les heures de pointe alors qu'ils pourraient faire leurs courses n'importe quand, mais non! ce qui les intéresse, c'est justement qu'il y ait du monde, pour pouvoir... voir du monde et parler! Pas beau de vieillir.

    RépondreSupprimer

Related Posts with Thumbnails