lundi 27 juin 2016

ZOIDS SCORPIO - TOMY

Fin 1985, je me rappelle surtout de deux choses. La première, c’était des travaux chez moi. Mes parents refaisaient intégralement le salon. Après la moquette l'an passé, il était logique que le reste suivrait.
Ma mère en avait ras le bol de l’ancienne tapisserie, qu’elle trouvait moche. Et bien évidemment, la nouvelle fut encore pire... Rose saumon avec des décorations blanches en relief dessus, des arbres et des feuilles qui tombaient, le genre cerisiers japonais si je me rappelle bien. Seigneur Dieu... Je fus heureux de constater que, sur les photos d'enfance de la Rouquine, elle aussi avait dû vivre dans un environnement tout aussi bariolé. Les enfants des années 70/80 ont souffert de la déco de leurs parents.
Rétrospectivement, c'est à ces travaux que je réalise que mes vieux étaient encore jeunes, donc énergiques, car ils avaient décidé de s'y coller eux-mêmes, bien aidés par un de leurs amis bricoleurs, histoire de donner une direction à tout cet enthousiasme et cette volonté de bien faire.
Avec tous ces rouleaux de tapisserie, pots de peinture, sacs de plâtre et autres outils un peu partout, la maison était devenue pour un temps une espèce de chantier et ça ne me déplaisait pas. Cela mettait un peu d’ambiance dans cette baraque habituellement toujours propre et impeccablement rangée jusqu'à l'obsession...

La seconde chose dont je me souvienne bien, c’est mon engouement, somme toute très rapide, pour les Zoids. Je ne me rappelle plus du tout comment j’ai eu mon premier, le scorpion. Peut-être un anniversaire. Mais il m’avait épaté. Il fallait d'abord le construire pour en profiter. Certes, ça s'assemblait facilement mais quand même, on bâtissait soi-même son jouet. On l'appréciait que mieux ensuite. Dans ma chambre, qui accueillait à ce moment là quelques gros objets du salon, en attendant qu’il soit terminé, cela faisait des obstacles naturels à franchir pour mon scorpion. L'esprit ludique du tiers-monde.

La piqûre de ce scorpion fut profonde chez moi et il était évident que d'autres Zoids suivraient. Moins de trois mois après, le Hell Runner et le Tyranna trônaient avec mon insecte. C'était de petites boîtes à moins de 40 balles que l'on trouvait chez les marchands de journaux, c'était pas la mer à boire. On était loin du T-Rex ou du singe géant que l'on voyait dans le mini dépliant de pub fourni avec chaque Zoid. Ils me faisaient vraiment envie ceux-là, de par leur taille et leurs fonctions lumineuses et sonores, mais devaient coûter les reins de toute une famille nombreuse.
Toujours est-il que trois Zoids me suffirent et que mon engouement s'estompa assez rapidement. Mais pas leur souvenir.

Retrouvant sur eBay mon scorpion à un prix dérisoire, je n’ai pas hésité.

On n'est pas loin d'un Golgoth.

17 cm de long.

Va-t-il marcher? Réponse à la fin.

48 grammes.

Beaucoup d'articulations.

Et de papattes...

Remplacer le dard par un canon laser, ça m'avait enchanté.

Là aussi, articulé.

Ça pique toujours autant.

Dessous.

C'est un véhicule, pas une bestiole cybernétisée. Donc, il faut un pilote. Il est fourni. Appelons-le Goldman...

On ouvre le cockpit.

On met Goldman dedans.

On referme. La vitre orange est déjà un sacré renseignement sur l'époque du jouet.

En plus du scorpion en lui-même, j'ai eu des accessoires supplémentaires qui étaient vendus peut-être séparément ou dans des boîtes plus luxueuses. Je crois que j'en avais certains en 85.

Grâce à eux, on peut donner une autre gueule à la queue.

Ajout des réservoirs d'énergie sur les côtés, j'adore.

Un autre cockpit, plus classe.

Pas fan de cette nouvelle queue, même si le canon et le radar sont cool, mais Goldman installé comme ça, c'est naze. Ça ferait une cible parfaite.

A l'arrivée, un gros sachet.

Déballage. "Scorpo", à mon avis, c'est une coquille.

Le moteur, le coeur du Zoid. Le mien est toujours en état de marche, même si on sent le ressort dedans fatigué. Mais peu importe, en cas de panne, on peut le remplacer assez facilement. Les pièces détachées ne manquent pas sur eBay.

Notice, recto.

Verso.

On commence le montage.

En 85, je le démontais et remontais souvent.

Jusqu'à le savoir par coeur. Et puis lui enlever des parties donnaient l'impression qu'il avait souffert d'une précédente bataille et qu'on pouvait ensuite le réparer. J'adorais ça.

Ajout des papattes sur un côté.

Là il pourra marcher droit.

Mon angoisse était de me retrouver avec une pièce vitale manquante. Le truc avait été vendu comme complet mais bon, on connaît eBay...

La queue.

Pinces et cockpit en place, c'est fini. Des heures et des heures de jeux et, comme il était de belle taille, il se mélangeait parfaitement avec mes autres jouets.


Bon, un Zoid, c'est un truc qui marche tout seul. Il fallait bien le montrer, surtout que celui-ci le fait toujours. Alors, on le remonte et en avant pour la vidéo. Ce truc m'a toujours éclaté avec sa démarche saccadée. Un chouette souvenir.

7 commentaires:

  1. Les pièces supplémentaires étaient de base.
    C marrant que tu n'en parles que maintenant après toutes ces années de blog, je ne me souviens pas que tu y aies fait allusion auparavant, aux Zoïds. J'ai eu le ZoidZilla (Gojulas)et ce fut l'un de mes jouets préférés ever. Je l'ai gardé fort longtemps et ne l'ai bazardé que récemment : bien qu'en bon état, c'était vraiment trop un nid à poussière. Poubelle !
    Les Zoïds sont dans la plupart des continuités qui leur sont consacrées des créatures semi-pensantes, un peu comme dans Evangelion.
    Je te recommande de le démonter de temps à autres, sinon le support des pinces à tendance à affaisser.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Déjà causé rapidement ici:

      http://super-shogun.blogspot.fr/2012/05/catalogue-americain-de-jouets-des.html

      Quant aux articulations, oui, il y a du jeu dans les pinces et la queue mais bon, c'est un jouet qui a 30 ans... Faut pas trop en demander.

      Supprimer
    2. Si me souviens ben, tu peux aussi mettre la deuxième tête sur la queue.

      Supprimer
  2. http://zoids.wikia.com/wiki/Zoids_(comics)
    "Spider-Man and Zoïd" ... Quand on lit un titre pareil on s'attend à une oeuvre d'une nanarderie confinant au génie, remplie de Leopardon-like à tous les étages ... Mais non grosse déception, d'après l'article c'est juste des vieux épisodes de Spider-Man en fin de page d'un magazine consacré aux Zoïds.
    Et ça a l'air pas mal d'ailleurs les histoires Zoïd. Ce furent les premières armes apparemment de Grant Morrisson qui est depuis devenu l'un des scénaristes les plus estimés de l'industrie. Bcp de scénaristes que l'ont dit aujourd'hui "majeurs" ont commencé sur des merdes du genre, soit dit en passant ... Étonnant, non ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En 2001/2002, j'achetais souvent des hebdomadaires japonais du style Shonen Jump et je me souviens très bien qu'il y avait dedans des mangas sur les Zoids et surtout des espèces de cours dessinés pour customiser ses maquettes. Ma nana de l'époque achetait aussi ces périodiques suivant le contenu et, sachant que j'aimais bien les Zoids, elle m'avait filé un mini catalogue qui était dans un de ces numéros. On y voyait une espèce de robot-tigre bleu très aérodynamique et vraiment cool.

      Supprimer
    2. Tous ces trucs étant des jouets jap rachetés par des amerloques, je ne suis pas étonné. C un peu comme Raideen dans des publications Marvel (pour mémoire Marvel UK c tout de même du US).
      Transformers et Gobots sont des franchises typiques : les mêmes jouets déclinés dans pbs continuités.

      Supprimer

Related Posts with Thumbnails