dimanche 17 juillet 2016

RETOUR DE BROCANTE

Vendredi soir, la Rouquine avait été formelle. Malgré le 14 juillet, la semaine a été trop dure alors, ce weekend, pas de brocantes! On dort et on se repose! Pas de problème, la station horizontale ne m'a jamais ennuyée. Et bien évidemment, nous avons été réveillés samedi matin dès 08h par le voisin et ses vigoureux coups de marteaux dans le mur mitoyen.

Les sondages sont formels. Un français sur deux bricole. Donc, la moitié des Français emmerde l’autre…
Bien manipulés par des émissions de télé leur affirmant que refaire les fondations de leur clapier ou ajouter une mezzanine est à la portée du premier crétin venu, ils foncent en famille dans le premier Brico-Blaireau, souvent la même enseigne qui sponsorise ces émissions d'ailleurs, et s’équipent à prix d’or en matériaux de construction, pots de peintures et autres outils made in China.
Les vendeurs de ces supermarchés de la bricole se pissent dessus de rire devant la bêtise de ces clients. On a là des individus s’improvisant plombiers, maçons ou électriciens alors qu’ils ne savent même pas monter correctement un meuble en kit!

Le bricoleur des dimanches se trahit dès le samedi matin, à la fraîche. Lui qui peste toute la semaine de devoir se lever tôt pour aller bosser, qui traîne les pieds pour boire son Ricoré et qui convertit son temps d’hygiène matinale en quelques précieuses dizaines de minutes supplémentaires de sommeil (pourquoi croyez-vous que ça pue autant dans le métro dès le matin?), le weekend, il est débout quasiment aux aurores. Il ne pouvait plus attendre pour tester son matos. Ça le mène. Il y a un côté jouet là-dedans, c'est sûr.
Chaque animal a son cri qui lui est propre. Le bricoleur des villes, lui, en a trois : « BRRRRRRRR », « PAN PAN PAN », « ZT ZT ZT » Perceuse, marteau et scie sont ses instruments de musique. Rajoutez la tondeuse ou le taille-haie pour le bricoleur des champs. A l'écoute du concerto, l’esprit encore embrumé et les yeux au fond du lit, il nous vient des idées magiques, comme d’attraper ce chef-d'orchestre et de lui mettre sa perceuse dans le fondement, de tester son marteau sur son crâne ou de lui scier un tibia à vif
Malgré le bruit, vous essayez tant bien que mal de vous recouvrir la tête de votre oreiller ou de vous mettre des boules Quiès, mais les infra-basses sont sans pitié. Elles résonnent directement dans votre boîte crânienne.
Inutile de taper au mur également, des gens comme ça n'ont aucune éducation et ne vous entendront même pas. Vivant dans un bordel ambiant permanent, ils sont devenus sourds aux autres. Suivant le taux de connerie, vous pouvez même vous entendre dire à travers la cloison: "Je suis chez moi, je paie mon loyer, je fais ce que je veux!" si c'est une famille de beaufs franchouillards ou: "Va t'faire enculer fils de pute!" si c'est du cassos à tendance niketamer...

La Rouquine a le sommeil plus lourd que moi. Quelques coups de marteau ne suffisent pas pour la réveiller. Peut-être aurait-elle pu continuer sa nuit ainsi mais c'était sans compter sur l'enthousiasme et la ténacité de notre bricoleur. Au bout de 10mn de ce bordel, je la vis les yeux ouverts et avec une expression sur le visage mêlant l'étonnement, l'exaspération et l'espoir qu'une météorite frappe pour de bon cette fichue planète... Et l'autre continuait de taper, presque toujours au même endroit. Nous étions réveillés. Alors nous nous sommes levés et nous avons déjeuné sans avoir faim.

Après une brève accalmie, notre gentil voisin arrêta sa reprise de Sledgehammer pour attaquer celle du Poinçonneur Des Lilas. Perceuse directement dans le béton armé, vous savez, avec un bruit bien grinçant et aigu. J'fais des trous, des p'tits trous, encore des p'tits trous... C'était évident qu'il y en aurait pour la matinée. Ce connard était parti pour installer une cuisine imitation chêne rustique et autre meuble de mauvais goût... Nous nous sommes regardés et, sans parler, nous nous sommes compris. Lavage, habillage, nous avons sauté dans la bagnole allemande et direction la brocante la plus proche, histoire de se reposer les oreilles. Même pleine de monde, ce sera toujours moins bruyant. A même pas 09h30, nous étions dehors, un samedi matin... Merci Valérie Damidot!

Constatez les résultats de ce bricolage matinal lors d’une fête où les voisins d’un même immeuble se réunissent, officiellement sous le prétexte de l'amitié et officieusement pour picoler. C’est mal foutu. Une douille électrique pend lamentablement dans un coin. En contre-jour, on voit les coups de rouleaux sur un mur. Les laies de la tapisserie moche se chevauchent dans un coin. Un pan de moquette a été rajouté et, comme il est plus neuf que le reste, on ne voit que ça. Bref ! Du travail dégueulasse d’amateur ! Et c’est pour ça qu’on vous a privé de votre sacro-saint sommeil le weekend? Vengez-vous en vous rendant dans leur salle de bains et mouchez-vous dans leurs serviettes de toilette. Ou tuez-les tous.

Une camionnette Playmobil, la régie mobile d'une télé. C'est plus une épave qu'autre chose, il manque plein d'accessoires vitaux, mais la Rouquine a insisté pour l'acheter. Elle, dès qu'elle voit du Playmo vintage, on ne la tient plus...

Un mini 33 tours de Brel. J'ai toujours adoré cette photo, elle définit parfaitement le personnage. Le bistrot, la clope, l'alcool, la solitude.

Enfin, des livres! On est vraiment content d'en avoir trouvé cette fois! Ça faisait un bail.

Klaus Barbie chez les yankees? Et pourquoi pas? On a bien découvert que Skorzeny était employé par le Mossad après la guerre. Ce qui compte, ce n'est pas l'idéologie mais les compétences offertes.

Trois K7 neuves encore emballées! Actually des Pet Shop Boys, album qui a très mal vieilli et sonne désormais comme une démo prétentieuse de l'Emulator II. On dira ce qu'on voudra mais Depeche Mode l'utilisait quand même plus finement. Heaven 17, groupe issu de la séparation des Human League en 1980 mais qu'ils n'ont jamais réussi à surpasser ni même égaler malgré quelques titres sympas, et enfin un live de Japan, groupe de David Sylvian. Nightporter, c'est beau.

1 commentaire:

  1. Ah ben si tu kiffes les vieilles merdes de fond de placard j'ai un bon quintal de vidéocassettes péraves à la maison. Des films, des DA, des merdes diverses, en tout des centaines d'heures de programme. Je les DONNE.

    RépondreSupprimer

Related Posts with Thumbnails