lundi 10 octobre 2016

GOLDORAK ATLANTIC

La maquette Atlantic de Goldorak, c’est un drôle de souvenir pour moi. Je l’ai eue étant gosse mais on ne peut pas dire que j’en ai beaucoup profité.

A mon époque, le mercredi, il n'y avait pas d’école. Normalement, j’aurais pu dormir jusqu’à 11h/midi, comme je le faisais très facilement à ce moment là, mais il arrivait assez souvent que ma mère m’expulse de mon lit douillet vers 09h pour l’accompagner « au marché ». Cette expression chez moi signifie les marchés couverts et ouverts de ma ville.
Ma mère a toujours été friande de ce genre d’endroit. C’est quand même plus animé qu’un supermarché et on peut tout croiser. Et c’est ce qui se passait ! Entre un coupeur de viande morte et deux primeurs, nous pouvions trouver des camelots à l’ancienne proposant tout et surtout n’importe quoi. Avec leur voix de stentor, ils nous promettaient des miracles. Du produit qui nettoie sans effort aux gadgets issus d’un concours Lépine des pays de l’Est. Ma génitrice a laissé beaucoup d’argent chez ces sincères menteurs, surtout sur les machins de cheveux.

Nous devions être en 79 ou 80 peut-être. Une fois dehors, nous décidâmes d’aller, non pas au marché le plus proche, mais l’autre, beaucoup plus loin. Ça changeait. J’étais assez peu emballé car, je savais que ça se terminerait par un tour chez le traiteur situé juste en face et qu’à midi, il y aurait des œufs en gelée dans mon assiette. Ma mère adorait ça mais moi, je détestais ça !!
La matinée commençait mal. Je me consolais en me disant que, peut-être (peut-être !), je reviendrais avec quelque chose dans les mains. En effet, j’avais déjà trouvé quelques trucs assez sympas à ce marché dans ma courte vie. Un Spider-Man grimpant ou une sorte de pâte à modeler dans une coque représentant la tête de Spidou. Et c'est ce qui se passa.

Au détour d'un coin de trottoir, un type vendait des tas de petits jouets et autres machins de plein-air pour les gosses. Dans un bac-présentoir, une boîte avec Goldorak dessus! Impossible que je la loupe. Le dessin était beau et les phrases dessus promettaient une "maquette à monter sans collage". J'ai dû faire des pieds et des mains pour l'avoir. Et je l'ai eue. Je ne me souviens plus du tout du prix, juste de la joie de la ramener à la maison. Même ces putains de oeufs en gelée dégueux du midi n'ont pas réussi à me gâcher ça!

Une fois de retour, le montage s’imposait. J’avais hâte. Le déballage me montra un truc très semblable à un gadget de Pif. Tout était dans des grappes. J'achetais déjà le journal du chien communiste depuis quelques années, j’étais habitué.
Pourtant, malgré tous mes efforts, je n’ai pas pu monter ce Goldorak. Je ne sais plus ce qui clochait mais ça ne voulait pas. Je me souviens simplement de mon échec. Le truc a sans doute dû se perdre par la suite ou être jeté.

Le mois dernier, surfant sur eBay à la recherche de quelques trucs bioniques, je suis tombé sur un Goldorak, le flexible. Immédiatement, un flash vint éclairer ma matière obscure. J’ai eu ce flexible ! C'était une belle merde d'ailleurs. Je me suis revu lui relever les bras au niveau des épaules, ce qui avait déchiré le caoutchouc. J’avais même encore en mémoire les deux petits points derrière chaque membre, comme pour chaque bendable. Je l'avais complètement oublié celui-là. Et avec l’association d’idées, un autre Goldorak s'est pointé dans ma tête, la maquette Atlantic, avec tous les souvenirs radotés plus haut. J'en avais déjà parlé ici en 2011 avec la version italienne.
Tapant dans la foulée « goldorak atlantic », je suis immédiatement tombé dessus, neuf et à un prix soldé. Achat immédiat. C’était une superbe occasion de rattraper le coup ! Une review sur ce blog tient à peu de choses...

Alors, était-ce moi qui était trop jeune pour monter ça ou était-ce un défaut de montage ? Réponse !

La boîte recto. Le dessin est très chouette, même si le poing laisse à désirer. Mais nous allons voir que c'est également le cas de la maquette...

Verso. La notice de montage est claire sans l'être. Je ne cherche aucune excuse mais, pour un gamin, c'est quand même pas super évident.

Déballage. Comme je le disais, c'est du Pif Gadget ce truc. A produire, ça devait être très simple, c'est juste de l'injection. Seul le moule coûte cher à produire. La notice est même présente mais impossible à scanner car trop grande. Y'a rien sur Goldorak de toute façon et puis il y a déjà la dose en vieilles pubs Atlantic ici.

Allez, au boulot. On attaque par la tête.

Jusque-là, ça va. Je me rappelais encore de la sensation d'enfiler le visage sur les yeux... La mémoire des mains.

Attaquons-nous au corps.

Le bassin et le haut des jambes.

Ok, bon, le ventre maintenant.

Voilà. Le plastique est assez grossier, les interstices entre chaque pièce sont souvent visibles, et il faut un coup-ongles pour bien ébavurer les pièces.

Au tour de la poitrine, une partie du corps très importante chez moi...

Le dos d'abord, on garde le devant pour tout à l'heure.

Place aux bras.

Ressorts introduits, bouchage avec de petits pitons bleus que j'avais oubliés et hélices rouges des Fulguro-poings en place.

Cabochons et épaules fixés.

Done! Le système m'a étonné par son efficacité. C'est vraiment bien pensé.

On met les bras...

...puis on referme le torse. Ça commence à prendre tournure.

Au tour des jambes.

Enfantin! Bon, les semelles jaunes là, c'est vraiment moche mais que voulez-vous...

On décore avec le Rétro-laser, la "braguette", la cervelle rouge et les Astéro-haches. Il ne manque plus qu'à fixer les "genouillères" et là, j'en ai chié. Il faut vraiment fermer les jambes au maximum, il ne doit rester aucun interstice. Pour cela, j'ai dû me servir d'une pince, entre deux épaisseurs de tissu pour éviter de laisser des marques dans le plastique. Une fois les deux moitiés de jambes bien fermées, les "genouillères" s'emboîtent toutes seules.

Et voilà!

17 cm de haut.

Qu'est-ce que j'ai pu foirer étant gosse dans ce montage? Sans doute les réunions de moitiés de pièces, comme par exemple le torse et surtout les jambes. Il faut vraiment une force d'adulte, et encore, la preuve puisque j'ai utilisé une pince.

69 grammes.

Les couleurs sont flashy mais je trouve qu'on a eu beaucoup de chance là-dessus.

On aurait pu se retrouver avec un Goldorak monochrome bleu ou blanc.

Je crois me rappeler que j'avais colorié au marqueur noir les parties bleues étant gosse...

Il tient parfaitement.

Voyons le système d'éjection des Fulguro-poings. On remarque que les poings sont très moches...

Effectivement, ça marche.

Ça va pas bien loin mais ça marche tout de même. On note les trous dans les poings, pour y mettre les Astéro-haches.

Hélas, ces trous, sans doute faits à la chaîne sur une machine, furent un peu bâclés, ils sont de traviole. Goldorak tient ses Astéro-haches comme des couverts... Qu'importe! Je les laisse sur ses épaules de toute manière. Elles peuvent se réunir par le manche je pense mais ça na pas voulu, je n'ai pas insisté, c'est le meilleur moyen de les péter.

Le gamin avait échoué, l'adulte a réussi. Plus une histoire de revanche qu'un véritable désir, ce Goldorak Atlantic a tout de même rejoint mon autel et je le regarde avec plaisir car, malgré son aspect grossier, c'était quand même pas si mal que ça pour l'époque.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Related Posts with Thumbnails