lundi 15 février 2016

PLAYMOBIL CITY ACTION 6197 SATELLITE ET METEORITE

Poursuite de notre cycle sur les Playmobil de l'espace en version moderne, en attendant de trouver les vrais Playmospace de notre enfance. Après la fusée sur son pas de tir, voici le satellite de défense.

La boîte 6197 se compose du satellite, d'un socle, d'un personnage et d'une météorite.

On commence par le satellite.

Un gros suppositoire de 21 cm de long...

La flamme en caoutchouc, ainsi que le piton orange, s'enlèvent évidemment.

Moteur à poussée minimale.

165 grammes.

On passe à l'ouverture.

On écarte les deux portes.

Puis on ouvre en grand les panneaux solaires.

Un côté.

Deux côtés.

Verso.

Admirons les stickers d'électronique, dont celui du bas est mal collé d'ailleurs...

On n'est pas loin de l'électronique primaire de Steve Austin.

On retire la tête du satellite.

Dedans, une bonne panoplie de clichés spatiaux.

Des tas d'antennes et autres capteurs, mais aussi des missiles.

La preuve. Ils sont actionnables par les boutons rouges sur les côtés.

Il y en a quatre.

Magasin épuisé.

Passons au bras télescopique. Sortez-le.

Une fois déplié, il cumule à 18 cm de haut.

Fixez-y votre taïkonaute.

Et oui, c'est un chinois, donc taïkonaute.

Lost in space...

Passons à la météorite.

Un bloc composé de plusieurs.

En appuyant sur le bouton du dessus, il éclate en quatre morceaux. Mieux qu'Asteroids!

La méchante météorite menaçait le gentil monde libre et démocratique alors on a envoyé un héros dans l'espace pour la détruire... Une météorite de cette taille n'aurait pas fait grand-mal à notre planète mais bon...

Ce satellite trouve sa place dans notre fusée.

Pour cela, retirez la tête de la fusée.

Retirez son cône et prenez le socle livré dans le satellite.

Fixez-le sur la tête de la fusée.

Puis fixez dessus votre satellite.

Et remontez le tout. Vous avez une fusée de 60 cm de haut, ce qui n'est pas rien.

Le cône restant peut être fixé ainsi pour éviter qu'il ne se promène et se perde. Perso, je trouve ça moche.

Dernières vérifications avant le décollage.

Sauvez-nous!

Pour terminer, un léger coup d'oeil sur Chang.

Arme ou détecteur de pets, on ne saura jamais... J'aime bien tous les petits câbles.

Clairement fait pour être fixé au bras télescopique. Je trouve juste dommage qu'il n'ait pas un petit logement dans ce satellite.


Verso. Le recto est visible ici.

Déballage.

Au boulot!

Le montage est simple.

On sait juste qu'on va en baver avec les stickers. Les coller bien droit, c'est ça le défi car vous n'aurez droit qu'à une seule chance.

Construction des panneaux.

Done.

Le réacteur.

Puis le bras.

Un mauvais moment à passer...

Bon, ça va, j'ai passé l'épreuve avec brio... La Rouquine, lascivement allongée dans le canapé, me regardait faire, très amusée, me voyant tirer la langue, signe de grande concentration chez moi...

On referme, tout fonctionne.

Mais c'est mieux ouvert.

Installation des missiles. Leur éjection est très puissante.

J'ai vraiment du mal avec ces Playmobil modernes...

Prêt à s'envoyer en l'air...

Enfin, la météorite.

Un gros caca fossilisé... Une boîte plus que réussie, pas chère en plus pour ce qu'elle propose. Elle complète parfaitement la grande fusée. Il nous manque encore la navette spatiale, patience.

3 commentaires:

  1. Salut.Je suis allé voir une exposition de playmobile d'un collectionneur privé ce week end.impressionnant.

    RépondreSupprimer
  2. Un suppositoire remarquable qui apporte un tout nouveau sens à ta marotte "c'est jamais trop gros". Merci pour ces précisions !

    RépondreSupprimer
  3. Vraiment très réussis ces nouveaux playmobils.

    RépondreSupprimer

Related Posts with Thumbnails